Accueil > français > Salaires et Tarifs > Contexte conventionnel Audio-visuel

Contexte conventionnel Audio-visuel

Comme dans la Convention Collective Nationale de la Production Cinématographique du 19  janvier 2012, notre fonction figure dans les emplois de catégorie B (niveau IIIA) de la Convention Collective de la Production audiovisuelle qui a été réactualisée au 01 janvier 2017. En revanche, nous n’y apparaissons pas en tant que cadreur spécialisé cinéma comme dans la Convention Collective Cinéma mais sous la dénomination Opérateur spécial (steadicamer) spécialisé !

Le lien officiel suivant présente la CONVENTION COLLECTIVE DE LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE (document .pdf) et ses différentes annexes et avenants. https://www.uspa.fr/sites/default/files/fichiers-affaires-sociales/ni2018047ccn_pav_consolidee_au_1erjuillet2018.pdf

Cette inscription de notre statut professionnel dans la CCPAV ne correspond pas dans sa dénomination à ce que l’AFCS défend et a obtenu dans le cadre de l’inscription aux définitions de métier de la Convention Collective du Cinéma sous le terme de Cadreur spécialisé. De plus cette reconnaissance de notre fonction s’est faite hélas au prix d’une baisse significative des planchers de notre reconnaissance salariale.

Car ce qui surprend d’emblée dans la CCPAV est l’absence de différenciation entre le salaire d’un cadreur spécialisé (il faut entendre spécialisé en fiction) et celui d’un opérateur spécial (steadicamer) spécialisé (il faut toujours entendre spécialisé en fiction) avec un salaire minimal hebdomadaire pour 39 heures de 1506,01€ (soit 35h à 1317,76€ + 4h à 25% de majoration)...

Assimiler par cette indistinction de rémunération la fonction de cadreur et celle de cadreur spécialisé au steadicam, revient tout simplement à ne pas reconnaitre la spécialisation au Steadicam et nier par là même la qualification supplémentaire et l’effort constant que nécessite la maîtrise et la pratique du Steadicam.

C’est pourquoi nous encourageons l’ensemble des cadreurs spécialisés Steadicam à s’informer des recommandations salariales de l’AFCS afin de faire valoir la spécificité de leur métier avec une rémunération en accord avec ce qui se pratique tacitement sur la majorité des productions audiovisuelles de fiction.

Répondre à cet article